Dyatlova Pass : une terrible énigme des montagnes de l’Oural

L’histoire de l’Oural conserve malheureusement des pages tristes. L’une de ces pages est l’histoire du groupe d’Igor Dyatlov, ou plus précisément l’histoire de la mort de ce groupe. C’est arrivé le 2 février 1959. Des touristes de l’Université polytechnique d’Oural dirigés par Igor Dyatlov sont morts au pied de la montagne Solat-Chahl. La chose la plus mystérieuse qui rend cette histoire terrible et mystique est l’incertitude et le mystère qui entourent cet événement. Il n’existe toujours pas de solution d’expert unique, pas d’opinion unique sur les causes de la mort de touristes sur l’une des pentes des montagnes de l’ Oural . Tout cela parce qu’une image trop terrible et inhabituelle s’est ouverte devant l’équipe de recherche qui a trouvé le lieu de la mort. Donc, quelques faits …

Tout d’abord, il a été établi que le soir du 2 février, Igor Dyatlov et son équipe (neuf personnes au total) ont campé complètement et silencieusement pour la nuit. En témoigne une tente, une dernière entrée de journal intime correctement installée, où rien n’est dit à propos d’événements extraordinaires.

Deuxièmement, la perplexité est due au fait que les corps des touristes morts ont été retrouvés à l’extérieur de la tente et, en outre, assez loin de celle-ci et dispersés sur le versant de Solat-Chahl. Encore plus de questions se posent lorsque vous apprenez comment les gens ont quitté la tente: ils ont coupé le mur latéral. Qu’est-ce qui pourrait les empêcher de partir normalement par l’entrée?

Troisièmement, la cause de la mort de certains des morts était des blessures absolument atypiques pour le « touriste ». Nikolay Tibo-Brignol est mort d’une blessure d’environ 50 m² à la base du crâne. Lyubov Dubinina a deux côtes cassées des deux côtés. S. Zolotarev, un autre membre du groupe, souffre également de fractures aux côtes, mais d’un côté. D’autres sont morts d’engelures durant l’hiver rigoureux de l’Oural septentrional, parce que étaient presque déshabillés (en pull et sans chaussures, dans certaines chaussettes). Quatrièmement, on ignore pourquoi les corps des enfants ont été dispersés sur une grande surface et ont été retrouvés à différents endroits de la pente. Tous ces faits sont difficiles à résumer en une image logiquement cohérente.

Parmi les versions de la mort du groupe Dyatlov, il y a une version sur les tests militaires d’armes psychotropes, et une version de l’infrason naturel créé par le vent et la forme des roches environnantes, et même une version avec la participation d’OVNIS. La version la plus plausible semble être celle décrite dans l’ouvrage de Nikolai Rundqvist «Cent jours dans l’Oural»: l’avalanche qui est descendue de la pente de Solat-Sikhla lors de cette nuit fatidique est devenue la cause de la mort des touristes. L’entrée et la moitié de la tente étaient couvertes de neige, ce qui explique la coupure sur l’un des murs, la nature des blessures de certains participants et le manque de vêtements pour les autres.

Nous devons accepter le fait que nous ne saurons jamais toute la vérité. Enfin, je voudrais signaler un autre détail, déjà mystique. Le nom de la montagne Solat-Chakhl (parfois Syakhl), sur le versant duquel sont morts les touristes du groupe Dyatlov, est traduit de Vogulsky par «la montagne des morts». Selon la légende, il est mort … neuf (!) Chasseurs Mansi.

Les montagnes de l’Oural nous ont lancé une autre énigme …

Choisir une tente : les tentes sont différentes …
En route : un feu de joie, à gaz ou à essence ?