Infrastructure, alimentation, commerce

L’ashram Prasanthi Nilayam a été fondé par Sathya Sai Baba en 1950 et est traduit par «La demeure du plus haut monde» et, selon une autre version – «Le lieu de la plus haute paix». Il est situé dans la ville de Puttaparthi, Andhra Pradesh, dans le sud de l’Inde.

En plus de l’ashram construit, Sai Baba a également complètement changé le visage de son village natal. Actuellement, Puttaparthi se voit attribuer le statut de ville et, sur sa route principale, vous pourrez voir des deux côtés: une université, une école de musique, une école primaire et secondaire, une auberge pour hommes, un planétarium, un stade et un palais des sports et un musée chinois. Tout est très beau, moderne, coloré et, bien sûr, avec une saveur indienne.

Toujours dans la ville et ses environs, il y a un aéroport local, une gare, un super hôpital, une clinique, un musée de l’unité des religions, une bibliothèque de Shanti et une salle de méditation.

Sur le territoire de l’ashram, vous trouverez un centre commercial, une bibliothèque, une boutique de livres et de CD, un téléphone, une police, une boulangerie, trois cantines, des kiosques ou des canopées pour la vente de jus fraîchement pressés et conditionnés, de cappuccino de distributeurs automatiques. Ça a l’air beau, mais en fait, tout a l’air complètement différent de ce que nous imaginions … Il y avait même un bureau de poste, mais, à mon avis, il ne fonctionne plus maintenant.

De nombreuses salles (salles) ont été construites à des fins différentes, par exemple une salle de conférence, un public. Le plus important est Darshan Hall avec le Mandir, où se déroulaient autrefois les darshans – les sorties de Sai Baba au peuple. Et maintenant, les gens se rassemblent ici pour lire les Védas deux fois par jour, chanter des bhajans, méditer, organiser des fêtes, des concerts, louer Sai Baba. De tels frais et maintenant à l’ancienne manière sont appelés darshans. Elles se déroulent en deux parties: la première est la lecture des mantras védiques en sanscrit, la seconde est le chant des bhajans (chants glorifiant différents noms et formes de Dieu), abrégés en bhajans. Au bout d’une heure et demie, et si un jour férié passe, il peut être retardé de 2 à 2,5 heures.

Toutes les salles sont situées dans des bâtiments, à l’exception du Darshan Hall, qui est un immense bâtiment séparé sans murs. À mon avis, j’ai lu qu’il héberge environ 20 000 personnes. Le Darshan Hall se compose d’un sol en marbre (très chaud) et d’un toit en forme de dôme reposant sur des colonnes. Darshan Hall a un mandir – un espace fermé intégré pour accueillir des audiences, avec quelque chose qui ressemble à une scène sur piédestal, où Sai Baba s’asseyait autrefois. Sa crypte à cendres a maintenant été installée. Omkar passe dans le mandir (répétition du son «Om» 21 fois, méditations de 10 minutes pour ceux qui le souhaitent le soir).

Le Darshan Hall est divisé en deux parties: un homme et une femme avec des entrées et des sorties séparées.

Quand le 15 juillet était un jour férié pour les enseignants, la salle du Darshan était entièrement décorée de fleurs, de ballons, de pluie, de guirlandes et de guirlandes de fleurs. Et, en général, pour toutes les vacances qui ne sont tout simplement pas mesurées ici, le Darshan Hall est joliment décoré et toujours de différentes manières. Les fleurs en général sont toujours présentes dans le Darshan Hall, et les compositions sont si originales et harmonieuses que je dirais qu’elles sont composées de fleuristes spécialement formés.

Il me semble que l’incroyable énergie est concentrée dans cet endroit, du moins je la sens tout le temps.

Les femmes ne sont admises au darshan que par une file de sevadalok (domestiques) et après avoir déjà fouillé. Les hommes sont fouillés, respectivement, par les hommes sevadaly. Beaucoup de choses ne peuvent pas être transportées, même des stylos (il y a tout un stand avec des images d’articles interdits). Supprimez les objets interdits de deux manières: soit en quittant la pièce, soit en les remettant à la réserve près de Darshan Hall (femmes et hommes, respectivement). Dans la réserve, votre nom (sans nom de famille), le nom de l’objet sont entrés dans un livre spécial, et vous mettez votre signature. Certaines femmes indiennes, qui ne savaient pas écrire, remplaçaient la signature laissée pour l’histoire de leur empreinte digitale.

Ils sont assis par terre en rangées. De plus, les sevadalki indiquent souvent où s’asseoir, mais cela peut être contourné, soit en leur souriant gentiment, soit en secouant la tête avec obstination. Dans le cas extrême, s’ils continuent à insister, vous pouvez simplement aller au bout du couloir.

Les Indiens sont assis à même le sol et les étrangers apportent des coussins carrés ou un siège rigide, comme un livre pliable, que l’on peut acheter à la fois dans le centre commercial et à l’extérieur de l’ashram dans les magasins (en général, tout est pour les clients!). Certaines femmes indiennes sont ravies de ces sidushki: elles sourient, pointent du doigt et secouent la tête. Le fait de s’asseoir dans ces sidushki ravit non seulement les femmes indiennes, mais tous les autres qui ne les utilisent pas.

Au Darshan Hall, ainsi que dans d’autres lieux publics, ils ne sont autorisés que sans chaussures, qu’ils laissent dans la rue sans surveillance, dans des endroits spécialement désignés à cet effet. Par conséquent, il est conseillé à chacun de marcher dans des gifles banales, ce que tout le monde fait. Cependant, j’ai vu que certaines de leurs sandales sont attachées avec de petites chaînes étroites, verrouillées avec une clé.

Venir au darshan et le quitter, soit dit en passant, est possible à tout moment pendant toute l’action.

Il y a beaucoup de bâtiments résidentiels (ils s’appellent Nords): ils ont des noms sur les points cardinaux et un numéro, par exemple, Ouest 4. Les étrangers ne peuvent être installés que dans plusieurs bâtiments: famille, homme et femme. La plupart des mêmes bâtiments pour les Indiens et les Népalais. En outre, depuis la salle commune pour 100 personnes, où ils dorment tous ensemble, à même le sol, sur des matelas, et en passant par des appartements d’apparence décente pour les familles. Bien entendu, ces bâtiments familiaux sont très différents des autres, même en apparence, et sont situés dans la partie la plus calme de l’ashram. Ils ont l’air conditionné dans de nombreuses chambres. Il semble que certains d’entre eux soient destinés à la résidence permanente.

Il y a aussi de nouveaux bâtiments, également pour les Indiens, qui ont été construits récemment et qui se trouvent à la périphérie. Ils ne sont même pas visibles. Pendant longtemps, je ne savais pas qu’ils existaient avant notre arrivée. Il y a aussi des bâtiments pour les étudiants.

Des corps séparés sont construits pour plusieurs gouvernements – des ministres qui sont engagés dans toute l’Inde pendant un certain temps: d’une semaine à un mois. En eux, à mon avis, seules les salles communes.

La nourriture est végétarienne, très variée. Il y a deux cantines indiennes (l’une est dessinée sur la carte avec un piment, l’autre avec trois). Dans le premier je ne pouvais pas manger, sans parler du second, auquel je ne suis pas allé du tout.

J’ai surtout mangé à la cantine occidentale, où la nourriture est délicieuse, mais quelque chose de spécial, peut-être parce que tous les plats sont végétariens et peut-être en raison de sa teneur en graisse particulière. Au début, à cause du manque de viande, j’avais constamment faim, je mangeais dans la salle à manger par le ventre, mais la nourriture semblait vide et il n’y avait pas de satisfaction. Par conséquent, elle a commencé à prendre du pain, a essayé de prendre des pommes de terre.

Dans la salle à manger, il y a toujours du riz (trois types), des pâtes (pâtes, spaghettis ou lasagnes), une variété de légumes cuits à la vapeur, le porridge du matin au lait et à l’eau, le soir – soupe. Faites des puddings, du yaourt, du kéfir. Tomates, concombres, carottes, betteraves, oignons, laitue sont coupés et mis chacun séparément – vous pouvez mélanger vous-même. Parfois exposé avocat cuit au four avec ou sans sauce. Préparez d’excellentes pâtisseries dans ce qu’elles cuisent sans œufs. À mon avis, j’ai essayé pour la première fois une tarte feuilletée aux épinards, qui s’est avérée la plus délicieuse. Parfois, ils préparent des pizzas avec des garnitures différentes, mais je ne suis pas tombé sur de bons plats.

Ware tout le fer, incl. et des plateaux. À l’exception des soupes et des légumes, tout est placé directement sur le plateau, dans lequel il y a diverses empreintes. En principe, c’est pratique – ne vous amusez pas avec des assiettes. On mange beaucoup de riz à la main.

De plus, dans la salle à manger, il y a une machine automatique qui fabrique du cappuccino à partir de céréales naturelles. Ainsi, à partir d’un certain temps, j’ai commencé la tradition de prendre un petit-déjeuner cappuccino avec des pâtisseries et parfois de prendre du porridge. Selon le pervosti, il fallait attendre longtemps – pour une raison quelconque, la machine ne donnerait du café prêt qu’après un certain temps. Le jeune homme qui était responsable de la préparation du café sourit pour s’excuser et expliqua quelque chose. Fait intéressant, avec le temps, le processus de fabrication du café s’est accéléré jusqu’à devenir impossible: il était prêt en quelques minutes à peine. C’était difficile de dire ce qui était au début … En général, le cappuccino de la cantine occidentale était le café le plus délicieux: j’ai aussi essayé dans les étals de l’ashram, dans l’allemand Becker (boulangerie) et dans le restaurant tibétain – aucune comparaison possible!

Après que mes intestins aient été bouleversés, ce qui s’est passé loin d’être immédiat, mais probablement environ trois semaines après mon arrivée, j’ai commencé à dîner dans des restaurants tibétains. Il est confortable, propre, ils préparent aussi de délicieux plats végétariens et, ce qui est important pour moi, sans épices! Le menu est écrit en russe, y compris, mais vous devez toujours commander en anglais ou en pointant sur le plat souhaité du menu.

Dans un restaurant tibétain, même la musique pop russe sonnait – lente, douce. Bien entendu, l’entendre dans un tel endroit était très étrange. Mais un disque de musique française et les bandes sonores des films «Gypsy» et «Midshipmen, Forward!» M’ont particulièrement impressionné. Quand j’ai entendu cette musique, j’ai pleuré en sanglotant dans le restaurant! C’était avant la sieste et dans le restaurant, il n’y en avait que deux qui, en partant, m’ont indiqué le propriétaire du restaurant. Comme une ambulance, avec un regard compatissant, il m’a tiré à terre des torrents qui me couvraient … mais pas immédiatement. Et chaque fois que j’entendais cette musique là-bas, une terrible nostalgie m’attaquait à la fois en Russie et en russe, et on ignore toujours pourquoi …

C’est ce Tibétain qui a dit plus tard de moi que tout ce dont j’avais besoin était de manger, de dormir et de pleurer! Et c’était absolument vrai! Cela m’a tellement amusé: cela ressemblait beaucoup au film Eat, Pray, Love, surtout depuis que des événements similaires ont eu lieu avec son héroïne, comme dans ma vie: quitter, laisser, méditer, apprendre à s’entendre et se retrouver

Un plat tibétain national commun est le momo: comme nos boulettes de pâte, seule la pâte est beaucoup plus fine, sans œufs, et diverses farces: épinards, pommes de terre, fromage, etc. ou une combinaison de ceux-ci. Le Momo est généralement servi avec une sauce sucrée.

Ils ont également cuisiné de délicieux papas sur de l’eau ou du lait, auxquels vous pourriez ajouter une banane ou un autre fruit, et si vous demandiez de l’huile, ce n’était qu’un miracle!

Des crêpes tibétaines cuites au four. À notre avis, il s’agit plutôt d’un gros pain épais. Là, ils ont également ajouté toutes sortes de fruits et même du chocolat. Un tel pancake j’ai mangé du ventre, mais c’était très savoureux!

Il y avait aussi du pain tibétain, qui ressemblait davantage à notre pain plat, mais pas riche, mais très savoureux.

Des soupes généralement frustrées ou des plats contenant du liquide. Ils n’ont pas de bouillon d’or clair comme le nôtre! Ils ont un liquide marron terrible, car ils y ajoutent de la sauce soja – un désastre! Une soupe à l’œuf a laissé une impression indélébile: un liquide gélatineux translucide brunâtre avec un œuf battu (et il n’y avait plus rien!). Le Tibétain était bouleversé de voir la soupe non consommée, à laquelle nous lui avons dit: ce n’est pas de la soupe!

Mais, quand j’étais plus ou moins habitué, je pouvais juste commander quels ingrédients je voulais voir dans la soupe et, voila, le désir est apparu sur ma table! J’ai aussi joué avec momo: il n’y avait pas de momo avec des pommes de terre dans le menu, mais avec une commande spéciale pour moi, il y avait des momo avec des pommes de terre sur la table. Certes, ils font de telles commandes spéciales pour chaque client …

Il y avait un cas curieux, quand un des derniers jours je suis venu dans un restaurant avec un grand désir de manger du porridge. Mais dans ce restaurant il n’y avait pas de porridge dans le menu. Par habitude, je demande s’il est possible de cuisiner du porridge? Je réponds: pas de problème, comme on dit, tous les caprices de votre argent. Ils m’apportent de la bouillie, et je regarde sur une assiette, à part de la bouillie, un animal d’élevage, et pas un, mais on peut dire que la bouillie en afflue, même si elle est morte! Je rends le tout et je nourris une crêpe tibétaine. Si j’ai bien compris, comme ils n’ont pas de bouillie dans le menu, ils ne la font pas cuire du tout, respectivement, dans le croup, qui n’a pas été utilisé depuis longtemps, des bugs ont été apportés. Donc, la commande spéciale de la commande spéciale est différente! Et quand le lendemain, j’ai commandé la même soupe là-bas, je n’ai pas oublié de demander: «est-il sans viande?» (Je ne savais pas comment faire en anglais avec des insectes, des insectes). Le Tibétain était sous le choc: quelle viande, nourriture végétarienne !!! Je devais clarifier la question: « Est-il sans animaux?! ».

Dans les rues de la ville (communément appelé «outsider» – en anglais signifie à l’extérieur), vous pouvez acheter toutes sortes de fruits: bananes, mangues, papayes, arachides, fruits comme des mûres avec un poing d’enfant, à l’intérieur desquels se trouve un tas d’ossements comme de la pastèque un peu de pulpe, que vous pouvez réellement manger (savoureux), goyave – même taille, dense avec de minuscules graines au milieu de fruits jaunes, raisins, pastèques, melons (les deux sont amusants, pas comme les nôtres: petits pastèques allongés, melons comme des citrouilles), noix de coco velues.

Vous pouvez acheter une noix de coco verte sans poils (chauve) sur le territoire de l’ashram et chez un outsider. Vous l’ouvrez avec vous et vous pouvez boire le jus de la paille. Suffisamment fades, presque sans goût, ils disent utiles. Il est divisé en deux types: l’un ne boit que du jus, et le second a un noyau à l’intérieur: la chair blanche, qui peut également être retirée et mâchée.

À l’intérieur de l’ashram, mélangez les jus de mangue, la pastèque, les raisins.

Les Tibétains tiennent une boulangerie allemande (!) Dans une position extérieure. Café, thé, jus de fruits, viennoiseries et plats chauds. C’est vrai que j’aimais plus les pâtisseries dans notre salle à manger. Tout est très propre par rapport aux Indiens. La boulangerie est située sur le toit du bâtiment, probablement sur trois étages. Ça souffle agréablement, mais malheureusement la vue ne s’ouvre pas, seulement la rue principale bruyante en dessous.

Tous ces restaurants tibétains, la boulangerie allemande se retrouvent loin d’être immédiatement! Au début, vous pouvez entendre quelque chose à ce sujet quelque part, puis vous regarderez sans fin les festons sans fin de signes sans rien trouver, puis l’une des filles ou vous-même pourrez voir le signe correspondant et vous verrez soit l’entrée, soit vous demanderez marchands: où devez-vous entrer pour vous rendre dans ce merveilleux restaurant au quatrième étage?! Et même après plusieurs voyages à cet endroit, j’ai toujours confondu le couloir dans lequel je devais fermer la rue. Je me suis donc toujours préparé à être très attentif et concentré et à m’orienter en fonction de certains signes ou du type de marchands qui se promenaient constamment dans la rue.

Et la boulangerie allemande, par exemple, a signalé sa présence en rouge (!) En couleur jusqu’à quatre exemplaires, il était tout simplement impossible de ne pas le remarquer! Cependant, nous ne l’avons trouvé que deux semaines après avoir entendu parler d’un tel endroit! Un facteur important à cet égard est probablement le fait qu’au début, les étrangers solitaires, en particulier les femmes, ne peuvent pas se permettre de marcher ou de marcher lentement dans les rues commerçantes – cela conduira inévitablement à la capture d’un commerçant, de mendiants, de bien ou simplement de quelque chose qui se produit terrible! Par conséquent, le mouvement est soit urgent, soit saccadé d’un magasin à l’autre. Et seulement après un certain temps, lorsque vous êtes plus ou moins habitué aux coutumes et aux règles de conduite locales et que vous vous y habituez, vous pouvez déjà vous permettre une promenade tranquille, car votre regard se pose directement sur vous,

En général, les rues commerçantes de la ville – est une chanson séparée, ou plutôt, toute une vie. Les stands, les bureaux de change, les agences de tourisme et autres, les coiffeurs (pour hommes), les établissements Internet, les restaurants, se succèdent, parfois sur plusieurs étages, y compris les sous-sols. Les bâtiments ne sont pas très hauts, tout est très fleuri, étroit et étroit, parfois sale. En particulier, si nous considérons que les voitures circulent sur place (elles sont moins nombreuses), les pousse-pousse automatique, les gens marchent et il existe des chariots à partir desquels ils vendent des légumes ou des bijoux.

La rue principale en est une – on l’appelle rue principale. Deux autres rues commerçantes principales la séparent: Samadhi Road et Chitravati Road (le nom de la rivière est Chitravati).

Tout est très bon marché, mais il n’y a pas de bonne qualité non plus. Les magasins sont principalement ouverts de 9h à 10h avec une pause sieste de 15h à 17h.

Deux fois par semaine, samedi et dimanche, il y a un bazar, principalement des légumes. De l’autre côté de la rivière, ils ont vu qu’ils vendaient de la viande, du poulet, y compris du poulet vivant.

Beaucoup de marchands parlent russe, car il y a beaucoup de Russes ici. Dans l’ashram, le discours russe est constamment entendu. Oui, on peut les voir en apparence, bien qu’ils soient tous vêtus de vêtements indiens nationaux. Les marchands reconnaissent incontestablement les Russes et demandent « Es-tu russe? ». J’ai même commencé à croire que ma nationalité était écrite sur mon front. Certes, les Tibétains disent qu’ils réclament tous un «Êtes-vous russe?», Blanc et blond. Dans la plupart des cas, ils le devinent correctement.

Les choses ici dans les magasins donnent souvent même sans argent. Plusieurs fois, je n’avais pas d’argent avec moi, alors ils m’ont dit: «Plus tard, tu le porteras». Il est étrange qu’ils nous fassent confiance, car ils nous trompent constamment. Et ceci en dépit du fait que les Indiens ont faim d’argent.

On peut également noter que nulle part, du moins en public, l’alcool n’est pas à vendre. À l’ashram, c’est simplement interdit, mais en ville, probablement par solidarité. La vérité, c’est dans les restaurants européens les plus cools dans des hôtels de luxe que je n’ai jamais vus, peut-être qu’ils vendent quelque chose de plus que le kéfir à un degré … Et ils fument dans la ville d’une manière secrète, en chiffrant le long des portes.

Voyage en moto pour le Sri Lanka
Voyager en Inde à moto