L’arrivée à Ashram de sai baba « prashanti nilayam »

Donc, deux semaines après mon renvoi le samedi matin à sept heures, je suis arrivé à l’ashram. Arrivés avec succès dans un taxi à environ une heure et demie de l’aéroport, nous sommes sortis lentement de la voiture alors que le coffre était déjà tiré par des porteurs qui n’attendaient que son ouverture et que nous pouvions nous battre pour saisir nos affaires. J’ai regardé stupidement tout cela, sachant qu’ils devraient payer pour cela, mais je ne savais pas comment m’en débarrasser. Lena, apparemment, était dans le même état. En conséquence, ils ont élevé nos bagages simples au deuxième étage et ont exigé, à mon avis, pas moins de 50 roupies. À la suite de la procédure, Lena ne leur en a donné que 20, ils étaient donc terriblement insatisfaits. Ainsi, dès les premières minutes, nous avons déjà été confrontés à l’impudence de certaines personnes locales qui, à mon avis, considéraient comme leur seule tâche de tromper les étrangers et de leur prendre plus d’argent, les méprisant et peut-être même les haïssant, c’est-à-dire nous (probablement, ils ont ressenti la même attitude envers eux-mêmes). La bonne nouvelle est que cette catégorie d’habitants n’est pas la seule ici, et il y en a d’autres aussi!

On nous a refusé l’hébergement dans une chambre double sous prétexte des vacances à venir, alors nous avons occupé la chambre de huit personnes et avons été les premières. Le coût d’une place dans une telle pièce est maigre, à mon avis, environ 35 roupies (23 roubles) par jour. Apparemment, il était déjà vide depuis longtemps, car il y avait beaucoup de poussière et, en général, il produisait une forme inhabitée. Certes, il reste encore quelque chose des propriétaires précédents, par exemple, des seaux, des pots, des cercles économiques.

J’ai déjà changé le lit trois fois – je cherchais le bon! Depuis que j’ai décidé de choisir le matelas, le premier lit qui me plaisait s’est avéré être proche de la fenêtre et de la porte et de l’aller. Je suis immédiatement allé au lit à côté, mais profondément dans la chambre, et en même temps, j’ai traîné un matelas dessus. Je dois dire que le matelas était impressionnant: large, droit et dur, fait de copeaux de noix de coco et, probablement, neuf.

Mais l’emplacement de ce deuxième lit était également inconfortable: sous la poutre, du côté des jambes de Lénine, ainsi que dans l’allée, c’est-à-dire au milieu de la pièce. Par conséquent, ayant dormi dessus le matin, je me suis néanmoins déplacé vers le lit le plus éloigné dans le coin de la pièce près des toilettes. Ici, cela me convenait à tous les égards, surtout avec mon matelas déjà choisi! A propos, quand nous avons quitté cette pièce sept jours plus tard, je n’ai jamais vu de tels matelas nulle part ailleurs, et même plus que cela, je suis tombé sur des matelas terribles !!!

À notre arrivée à l’ashram, nous étions confrontés à deux tâches globales: échanger de l’argent et acheter du linge de lit et des vêtements appropriés. Je ne parle même pas de manger et de dormir, mais d’y arriver presque un jour. J’ai été convaincu plus tard que c’était juste mes plans, les plans de Lena, ainsi que les tâches globales, consistaient à faire le tour de l’ashram, à savoir s’il y en avait, à aller en ville et à trouver où il y avait, et aussi!

Nous sommes allés prendre le petit déjeuner dans la salle à manger européenne et Lena m’a emmenée au centre commercial de l’ashram même. J’ai regardé d’une manière folle ses mouvements au centre, où tout était étranger et incompréhensible pour moi, et tout le reste était en anglais! Elle s’est occupée d’elle-même et de Punjabi, du sari et de la literie. Je me suis limité à n’acheter que du linge de lit, car j’ai réalisé que je n’avais vraiment rien choisi qui me convienne ici et que je ne suis tout simplement pas en bon état.

En même temps, nous, et à mon avis surtout, les Indiens me condamnaient et critiquaient leurs uniformes, ce qui était évident non seulement aux yeux, mais encore aggravé par le traitement direct des abus.

Tout cela m’a finalement frappé et j’ai ressenti une peur, une nostalgie et un désespoir terribles, car je ne savais pas comment me sortir de tout ça. Tout me semblait agressif, incompréhensible, étranger et effrayant. Je voulais me cacher, ne pas voir et ne rien entendre.

Par conséquent, quand, après le centre commercial, Lena m’a traîné à la recherche de vêtements à l’extérieur de l’ashram, je me suis retourné et je suis allé dans la chambre pour me reposer et, si je pouvais, dormir.

Dans une chambre sur un matelas magnifique, deux pensées me sont venues à l’esprit, ce qui m’a redonné espoir et m’a aidé à prendre confiance en moi. Premièrement, si je ne comprends pas quelque chose, je peux toujours l’admettre. Et deuxièmement, si je n’aime pas quelque chose, je peux toujours faire demi-tour et quitter cet endroit.

Par conséquent, après avoir vu Lena dans le nouveau Punjabi et dormi, je suis sortie avec une horreur tranquille dans la ville en dehors de l’ashram. Différentes portes sont destinées à l’entrée et à la sortie, il fallait donc d’abord trouver une sortie adaptée!

La rue de la ville est magnifique avec des cris, des bips sonores, une foule de gens, la circulation et le bruit, ainsi qu’une abondance de panneaux. De plus, ils sont tous naturellement en anglais, ce qui est absolument incompréhensible pour ce à quoi ils se réfèrent et où se trouve ce sur quoi ils informent.

Les marchands leur font peur en criant, en criant des salutations en russe et en même temps leur comportement agréablement laxiste.

Puisque la banque à l’ashram de samedi ne fonctionne pas, puis par quelques portes fermées pour la sieste (c’est-à-dire dans notre déjeuner) avec la banque ou le bureau de change, j’ai trouvé un échange ouvert et avec beaucoup de méfiance pour de telles opérations dans un tel lieu échangé de l’argent. Ensuite, ils m’ont presque jeté à 900 Rs quand je voulais acheter une carte SIM pour le téléphone. Je voulais le vendre pour 1 000 roupies et, quand mon cœur m’a toujours fait sortir de ces couloirs ornés, il s’est avéré que cela coûtait environ 100 roupies, alors que les tarifs proposés étaient étranges et que rien n’était écrit comme un appel en Russie . Par conséquent, me souvenant de mes pensées salvatrices, je suis parti sans acheter de carte SIM, après m’être excusé et avoir dit que je ne comprenais rien!

Puis j’ai décidé d’aller dans le premier magasin, dans le second, et je m’étais toujours acheté du coton Punjabi (pantalon large et longue chemise) et un pantalon en coton – Alladins avec un chemisier et, bien sûr, avec un foulard en soie, sans quoi le mouvement est tout simplement impensable! En fait, en raison de l’absence de cette écharpe notoire, mon esprit et ma moralité ont subi de telles attaques de la part des Indiens, peut-être même à cause de mes 20 centimètres de cheville nue.

En passant, le marchand, pourrait-on dire, parle très bien le russe et ma crainte de ne pas être en mesure d’expliquer ce que je veux en anglais n’a pas été justifié cette fois.

Absolument heureux, je suis passé au corps et les Indiens qui arrivent ont souri et m’ont salué «sai ram!», Ce qui était très agréable!

Le commerçant dans la boutique a déclaré que le soir à six heures, il pourrait indiquer où acheter une carte SIM. Par conséquent, Lena et moi-même ne sommes pas allés à l’intérieur du Darshan Hall pour le darshan du soir (car je pensais que nous ne pourrions pas partir d’ici avant la fin du Darshan), mais nous étions assis sur le trottoir derrière Darshan Hall, où tout était entendu, mais rien n’était visible. En fin de compte, il n’y avait essentiellement rien à regarder, car, comme l’expliquait la femme russe assise à côté de moi, au lieu de Sai Baba, personne ne s’est tourné vers le peuple. Et à l’intérieur, ils lisaient les Vedas en sanscrit et chantaient des bhajans.

N’ayant pas atteint la fin du darshan, Lena et moi sommes allés acheter nos cartes SIM, défiant toutes les règles en matière de nécessité de photos, de copies de pages de passeport, de permis de travail.

Je ne me souviens pas quand je suis allé pour la première fois au Darshan, probablement le deuxième jour du matin et peut-être seulement le soir. Je me souviens qu’il y avait une réticence à aller là-bas et un désir de retarder ce moment autant que possible. Je me souviens également, le premier jour de notre arrivée, des bruits de lecture et de chants agaçants, qui provenaient des haut-parleurs presque tout au long de l’ashram pendant le darshan.

Curieusement, après, je n’ai manqué presque aucun darshan, que ce soit le matin ou le soir. Et d’une certaine manière, elle a même dit à Dasha que je ne pouvais pas sacrifier le darshan pour quelque chose qu’elle offrait. Les voix des orateurs n’étaient plus ennuyantes, et si par hasard je n’étais pas à ce moment-là à l’intérieur du Darshan Hall, je me souviens que je chantais parfois même avec ces voix. Comment les choses changent quand notre attitude envers cela change.

Voyage en moto pour le Sri Lanka
Voyager en Inde à moto