Jour cinq : Zlatoust et ses environs géologique

Tôt le matin, nous avons vu le soleil à la fenêtre. Puis il a disparu.

Pluie …

Au matin, je voulais des souvenirs. Commencé avec un atelier de gravure. Krasiiiiivo. Mais cher.

Hier, alors que nous conduisions dans la ville, nous avons vu une publicité pour une usine d’armes. Aujourd’hui, nous sommes allés à l’adresse prévue. Nous sommes arrivés en voiture. Il y avait un atelier de taille de pierre sur le territoire de l’usine et un certain nombre de chutes de pierre près de la clôture. Tout pour ne pas nous déranger avec maman une demi-heure – nous ramassons des pierres. Il y a un tel jaspe! Chaque tuile polie – une image et plus! Ils ont pris beaucoup, jura Lech.

Ils nous ont emmenés à l’usine, il y avait une salle d’exposition, où vous pouvez acheter n’importe quelle exposition que vous aimez. C’est là que nos yeux ont couru! Particulièrement aimé l’acier de Damas – très beau.

Bien sûr, ils ne sont pas partis sans le couteau! Lech heureux – tout va bien – vous pouvez encore aller pour les pierres.

Carrière de marbre près du village Medvedka. Oui, non, pas pour le marbre 🙂 Nous avions besoin de cela:
«Perovskite. Un groupe de cristaux noirs d’habitus rhombique dodécaédrique avec des faces de cubes atteignant 2 cm avec des octaèdres de magnétite sur un rocher de skarn avec clinochlore. Taille de l’échantillon: 16 cm. Carrière de marbre près du village de Medvedevka, à 10 km au nord de la ville de Zlatoust. ” Ces putains de cubes (les « quadrangiques », comme les appelait Anton) ont été recherchés pendant plusieurs heures dans différentes parties de la carrière. Et plus important encore – ils l’ont trouvé après tout … Mais il s’est avéré qu’il était très difficile de forger un morceau de ce dé à partir d’un énorme rocher. C’est presque impossible, étant donné que le marteau géologique a été laissé dans la voiture. Ils ont marché, marché, creusé, creusé … Ils sont sortis, bien sûr, un couple, mais pas du tout les spécimens de musée que nous avions sur la photo.

Mais Anton et Sasha roulaient en abondance parmi les montagnes de sable de marbre! Ensuite, nous avons longtemps débarrassé ce sable blanc des chaussures, des vêtements et des sièges des enfants …

Suivant était Taganay. En général, Taganay est composé de 3 chaînes de montagnes – Grand, Moyen et Petit Taganay. Et Taganay est un parc national, où les voitures ne sont pas autorisées. À pied – s’il vous plaît, de nombreux itinéraires, si vous le souhaitez – pour une journée, partez si vous le souhaitez – prenez un sac à dos, une tente et une semaine. Slazit comme dans les montagnes. Mais le temps a interféré et a complètement refusé de marcher dans ce temps Sasha.

Eh bien, au moins sur la plus petite diapositive …

Nous avons conduit à la porte avec l’inscription « Parc national », sommes allés chercher des routes, ou du moins quelqu’un qui sait où la route mène.

Il s’est avéré qu’il existe même un musée ici, qui ne fonctionne plus. Une tante spirituelle a rencontré qui nous a dit où aller sous la pluie et la pression du temps, et nous a également vendu un bandana avec une carte Taganaya (à laquelle Sanya a dit qu ‘ »il n’y a pas de cartes sur la tête »).

Parmi les deux itinéraires proposés par tante, nous avons choisi Black Rock, à partir duquel, par beau temps, tout le Taganay devrait être clairement visible. Nous nous asseyons dans la voiture, allons à l’emplacement spécifié. Nous définissons les coordonnées du sommet depuis la carte du parc achetée vers les gi-pi-es – et nous allons de l’avant!

À un moment donné, le sentier diverge en deux. «Là!» Ordonne Lech avec assurance en regardant l’ordinateur. Nous y allons gaiement. Nous chantons Autour du marais. Au dessus de la pluie. Gore n’est pas visible devant. J’ai l’impression de descendre. Rien, à venir bientôt! Enfin, escaladons la vraie montagne! Non, nous n’entrerons pas … «C’est tout, Alenka (nous l’appelons donc J-pi-es), nous sommes là-bas, dit Lech sombrement. Regardé autour de nous – le marais autour … Peut-être que les coordonnées sont inexactes? Nous avons décidé d’aller plus loin, puis un peu plus … Et puis le chemin était soudainement terminé.
Retournons à l’endroit où les chemins se sont amoncelés. La deuxième tentative a été plus réussie. Il y a un ascenseur! Viens!

Dans les buissons mouillés au bord de la route, je vois des champignons, je ne peux pas passer, grimper, ramasser, glisser vers le haut, les champignons à la main. Glissant … Anton avec la grand-mère devant, ils ne ramassent pas de champignons, ils ont un but – ils grimpent! Puis Antoshka revient – «Nous étions déjà en haut! C’est génial là-bas! »Enfin, nous nous levons aussi. Autour de tout dans le brouillard, mais très beau !

Troisième jour : Radauti-Bran (De Bucovine à la Transylvanie)
Deuxième jour : Kiev-Radauti (Roumanie)