Météo, nature

La journée de lumière dure environ 12 heures ici: vers 6 heures, il se lève et à 18 h 40, le soleil se couche. Et cela se passe toute l’année.

Ils disent que l’été est le plus chaud, ils ont en février et avril. Apparemment, c’est maintenant l’hiver, mais sous 30 degrés. Cette période s’appelle la période de la mousson. Cela se traduit par des nuages ​​constants, des vents forts et des pluies, qui ont été des périodes très fréquentes. La pluie peut tomber toute la nuit ou même plusieurs nuits de suite. Mais j’aime les pluies ici à cause de la teinte émotionnelle qu’elles donnent à la vie et à leur nature: petites averses tropicales pendant la journée et persistantes, parfois accompagnées d’orages, la nuit. Et toujours au chaud, tout simplement magnifique!

Pendant la journée, pendant la pluie ou juste après, je prenais toujours le schiste et marchais pieds nus dans les flaques d’eau – j’éprouvais un plaisir indescriptible! Parfois, elle en profitait même: il n’était pas nécessaire de laver les choses éclaboussées de gifles par derrière …

En juillet, dès leur arrivée, le vent soufflait presque constamment, très fort, parfois directement ouragan. Le soleil était assez commun. Mais en août, le vent s’était calmé, mais le soleil était beaucoup moins chaud. Je l’aimais même plus, car sans le soleil, il ne faisait pas très chaud, parfois même la brise était fraîche. Mais dès que le soleil se lève, il devient immédiatement chaud et bouché.

Sur le territoire de l’ashram sont verts, de grands arbres, des arbustes, beaucoup en fleurs. Tout est planté par les gens, cultivé, joliment paré et nettoyé. Mais vous ne pouvez pas prendre de photos. Mais en dehors de l’ashram, lorsque nous partions de l’aéroport, nous n’avions vu que des arbres bas, pas une seule fleur. Telle est la différence entre la flore naturelle et cultivée.

Il y a deux jardins dans l’ashram: l’un près du centre commercial, construit avec une fontaine et l’autre appelé le jardin de toutes les religions.

Dans le premier cas, une réunion locale a lieu à un moment où les gens vont faire les magasins – dans les temps. Les femmes le matin 2,5 heures, les hommes le soir 2,5 heures. Ainsi, le matin, toutes les familles affluent ici, les femmes achètent des marchandises, les hommes fréquentent un jardin d’enfants, achètent toutes sortes de friandises dans des kiosques, ils peuvent aller dans un magasin de légumes (ce qui est intéressant dans un magasin de légumes. On y vend du lait et des curts – un genre de yaourt épais – yaourt épais). Partout il y a une division selon le sexe: même sur le banc avec des jus ou des glaces (environ un mètre et demi de long), il y a deux allées séparées les unes des autres: des hommes à droite, des hommes et des femmes à gauche.

Dans le deuxième jardin d’enfants, il y a des statues de Krishna, Christ, Bouddha et une main humaine avec un cercle plat sur l’index – ils disent que c’est quelque chose qui vient des soufis. Il a un réservoir avec des lotus violets (très beaux) et des poissons frits.

Les seigneurs vivent sur les lézards. Pendant la journée, ils s’assoient sur les grilles des fenêtres et peuvent même courir la nuit à l’intérieur de la pièce. Les moustiques sont parfois, probablement, quand il pleut ou pleut. Il y a des mouches, mais comme les grilles sont sur les fenêtres, elles ne pénètrent pas dans la pièce. Les invités dans les chambres sont des fourmis: ils choisissent tous les aliments, même les déchets alimentaires, et créent des sentiers vivants, qui se déplacent constamment. Juste un zoo certains!

Les chipmunks vivent dans l’ashram (il y en a beaucoup à certains endroits), les singes (parfois des branches sont jetées des arbres et des pantoufles), des caméléons, des oiseaux différents, des corbeaux et des chauves-souris. Ces derniers hurlent terriblement: si vous vous promenez sous un arbre où les souris se sont installées, vous ne pouvez pas vous entendre. Katya, que j’ai rencontré à Satsang, a déclaré qu’avant que les singes ne sachent toujours à quelle heure Sai Baba viendrait chercher le darshan, ils s’assoiraient à ce moment-là sur le bâtiment situé à côté de Darshan Hall et il serait accueilli.

Un soir, trois fois de suite, je me suis retrouvé sur la route de la ville au moment même où l’éléphant de Sai Baba marchait le long d’une promenade en repos. Certains soirs, Dasha et moi avons même marché avec elle pendant un moment. Et puis avec Katya l’a rencontrée pour prendre une photo. Il s’est avéré qu’elle était encore un éléphant, elle avait environ 3-4 ans et elle s’appelait Sate Gita. Mais en apparence, il est puissant, pour une raison quelconque, un éléphant velu, rugueux et dur au toucher, mais comme il se passe doucement sur la pointe des pieds! Le museau et les oreilles sont peints en blanc et le long du corps, une bande blanche. Cela me semblait amusant et astucieux.

L’ancien favori de Sai Baba Sai Gita est également décédé il y a 3 ou 4 ans. C’était environ 18 ans.

Sur l’un des sites, j’ai lu que rencontrer l’éléphant de Sai Baba est considéré comme un signe inhabituel, car l’éléphant occupe la place honorable du gardien et destructeur d’obstacles dans la mythologie indienne.

Il y a beaucoup de vaches, taureaux (buffles), buffles, cochons, poulets dans la ville. À propos, les poules ici sont belles, minces, panachées de noir, sur de longues pattes amusantes. Ils ressemblent plus à des coqs de combat, mais ils sont toujours des femmes. Et en effet, tous les animaux sont différents des nôtres, probablement une race indienne spéciale!

Quand nous sommes arrivés, le lit de la rivière Chitravati était sec et sans eau. Il y avait des cordes enfilées qui séchaient les vêtements. Mais vers la fin du mois d’août, il y avait beaucoup d’eau, car il y avait déjà suffisamment de pluie. Au début, le chenal était mince et peu profond, mais la rivière est devenue de plus en plus riche. Et ça fait plaisir!

Dans l’un des premiers jours de l’apparition de l’eau, Katya et moi sommes allés à la rive pour saluer la rivière. Plusieurs fois traversé la rivière sur les pierres, assis sur le rivage. Un Indien nous a donné des paquets d’arachides qu’il a retirés de l’eau devant nous. Le «cadeau» nous a été lancé de l’autre côté, de sorte que nous avons même pensé au début qu’il s’agissait d’une attaque ou d’un désir d’offenser. En regardant de plus près, j’ai compris ce que c’était et j’ai crié grâce à lui. Certes, la noix était verte et insipide. Et dans la rue, il était vendu mûr, séché ou torréfié dans sa coquille.

Dans la rivière, nous avons vu des alevins. On dit donc que même des poissons sont pêchés dans la rivière.

Katya et moi avons fait une magnifique promenade en dehors de la ville le long de la route en direction du village voisin. Nous ne sommes vraiment pas arrivés au village, nous nous sommes arrêtés près d’un lac, où un couple d’Indiens mariés pêchaient déjà.

Sur le chemin, j’ai pris des photos d’Indiens, d’enfants qui, en nous voyant, ont demandé à les prendre et à nous courir après des watagas entières ou à vélo. Pour eux, cela est inhabituel et donc intéressant. J’aimerais observer la vie et les coutumes des gens ordinaires. Il me semble que pour la plupart, ce sont des gens très ouverts, simples, non pervers et impénitents. Peut-être simplement parce qu’ils n’ont rien vu de mieux qu’ils ne l’ont fait et qu’ils n’ont rien à comparer. Quel bonheur, quand il n’y a rien à comparer! Ensuite, vous pouvez vous contenter de ce que vous avez et vous amuser et rendre grâce pour ce que vous avez.

Des collines, des champs de maïs, du riz, autre chose étaient visibles le long de la route. Les gens qui travaillaient dans les champs et qui nous voyaient se sont redressés et nous ont fait signe. Loin des montagnes caillouteuses. Selenia, nous n’en avons traversé qu’un, juste à côté de Puttaparthi, de l’autre côté de la rivière. Jusqu’à la prochaine nous n’avons pas atteint trois kilomètres.

À un endroit de la route, il restait une énorme flaque d’eau après de nombreuses pluies. Les jeunes Indiens nous ont même transportés dans une flaque de motos. Certes, on s’est à peine débarrassé d’eux – que pouvez-vous faire, les coûts de la jeunesse et de l’agilité …

En arrière nous conduisions un pousse-pousse automatique. Ce type de transport était très courant entre les villages.

Voyage en moto pour le Sri Lanka
Voyager en Inde à moto