Vie & affaires

Les Indiens sont un peuple spirituel qui se sent, il me semble, absolument pas matériel. Je pense qu’ils ne trompent tout simplement pas la tête: ils cousent des choses rapidement, horriblement, ils pensent probablement que, s’ils se déchirent, une nouvelle chose va simplement arriver. Ils construisent des maisons sans grues (bien que les maisons ne soient pas très hautes, chacune de 4 à 7 étages): ils construisent des forêts à partir de bambous et en avant, manuellement …

En voyant ce qu’ils repassaient dans les blanchisseries de la rue, j’ai honnêtement été choqué: c’est une fonte à l’ancienne en fonte, dans laquelle des braises chaudes sont déposées. Par conséquent, principalement caressé les hommes. En général, dans les maisons, ils ont bien sûr des fers à repasser électriques, mais comme ils l’expliquent, l’électricité est chère et dans les blanchisseries, il est nécessaire de beaucoup repasser. C’est pourquoi ils utilisent les charbons à l’ancienne, c’est moins cher.

Des machines à coudre, également antédiluviennes, installées dans de nombreux magasins, sont immédiatement cousues. C’est probablement pour cette raison que tout est si pauvre.

Il me semble que les Indiens n’ont pas d’adverbe «vite», les verbes «pressés», «soit en retard». Ils font tout lentement, tranquillement, avec sentiment (même si parfois je ne peux pas dire avec quoi …). Un Américain qui vit ici et a une maison a déclaré: «Mieux vaut ne pas regarder comment ils construisent, il vaut mieux voir le résultat final. »

En particulier, la lenteur et la lenteur se sont manifestées en leur lieu de travail. Pour acheter de l’eau en bouteille dans le magasin, vous pouvez vous défendre pendant environ 10 minutes, sans file d’attente du tout. Je dis: « De l’eau, s’il te plaît. » Il me regarde, dit quelque chose à sa marchandise, discute de quelque chose, part, marche le long du banc, parle …

Au début, j’attendais patiemment que le tour m’atteigne, mais je me suis rendu compte que c’était inutile. Ensuite, je crie de temps en temps « Sai ram! » Pour rappeler que je suis toujours là et que je veux toujours de l’eau … Ou peut-être s’agit-il d’une révolte spéciale contre notre hâte occidentale …

En fait, une telle lenteur, un peu de hâte, je dirais, un sentiment constant, je les ai appris.

Rapidement, ils ne font que deux choses: ils parlent (avec des amis du même dialecte) et conduisent. La circulation routière est juste une chanson de quelque sorte! Ils font beaucoup de bicyclettes et de motos, les auto-pousse-pousse (micromobiles avec un toit sans portes) sont courants et il n’y a que dans l’ashram des pédicabs (une tente pour bicyclettes). Les voitures roulent, mais elles sont très peu nombreuses par habitant. Fondamentalement, toutes les voitures sont petites, étroites, de sorte que vous pouvez aller sur leurs routes étroites. Et même les dames conduisent à moto!

Les marchandises, les produits sont transportés dans de gros et petits camions, ainsi que dans des chariots, soit manuellement (importés), soit tirés par deux bœufs ou buffles. Le premier – blanc avec une bosse sur le dos, et le second – gris ou foncé sans bosse. Les femmes portent toujours la charge sur leur tête: les sacs sont simplement posés sur la tête et les paniers sur un support spécial. Bien sûr, ça a l’air impressionnant!

Le mouvement en Inde est laissé de côté. Il n’y a pas de règles de la route dans les villages de type Puttaparthi! Pour cette raison, sur les routes et les rues, tous les conducteurs klaxonnent sans cesse, c’est-à-dire environ une demi-minute environ, le conducteur le juge utile pour indiquer ce qu’il est et se méfier. Le bruit est indescriptible. À quels signaux même tôt le matin sur les routes vides, apparemment juste au cas où. Ne pas klaxonner seulement à l’intérieur de l’ashram, là c’est strictement interdit, vous ne pouvez même pas appeler le vélo. Souvent, la circulation à gauche devient soudainement à droite, mais après un moment, tout se stabilise et se met en place.

D’après les marquages ​​routiers, je n’ai vu qu’une bande de séparation discontinue au milieu de la route avec des carrés réfléchissants martelés. Les panneaux routiers n’ont pas été observés. Je n’ai pas non plus vu la police de la circulation: s’il n’ya pas de règles, il n’ya rien à violer.

Cellulaire n’est pas tout à fait clair. Vous ne pouvez acheter un numéro de téléphone cellulaire que de manière officieuse. Officiellement, si je comprends bien, il existe un profi – certificat de travail. En d’autres termes, pas un mot n’a été dit à ce sujet sur Internet … Eh bien, vous venez dans un petit magasin, un Indien vous donne un numéro qui lui ressemble. Une carte SIM coûte environ 100 roupies. Vous pouvez également déposer de l’argent sur le compte du même Indien ou de tout autre vendeur de communications cellulaires. Ils transfèrent de l’argent de leur numéro au vôtre, en prenant une commission. Que paient non seulement les touristes, mais aussi les Indiens eux-mêmes, sur lesquels le numéro est décoré assez officiellement.

Il n’y a pas de machines de paiement ici, du moins à Puttaparthi. Sur les numéros achetés viennent constamment des SMS de publicité et reçoivent des appels locaux avec de la musique indienne. Tout cela a l’air très intrusif! Tout comme les colporteurs des vendeurs de rue …

En général, les Indiens dans les magasins situés juste en face de l’ashram (principalement des immigrants du Cachemire) se concentrent bien sûr sur le commerce, la fabrication de revenus, les étrangers qui perdent de l’argent. Leur comportement est très différent de celui d’autres Indiens que l’on retrouve dans les rues de la ville, là où commencent toutes les institutions construites par Sai Baba (stade, écoles, université, planétarium, etc.).

Les commerçants je prends des photos à leur demande ou sans demandes. Un jeune homme de leurs portes a tiré dans la lumière de Dieu pour photographier, alors il était gêné, ne savait pas quoi faire, comment se comporter. Le lendemain, apparemment reconnaissant, il m’a invité à la fête musulmane de Raji chez lui! J’ai été un peu surpris, j’ai dû refuser. Le lendemain, la fête était visible dans les rues: tout le monde était vêtu de vêtements élégants, principalement blancs, de nombreux magasins étaient fermés, des gens étaient en train de s’agiter, de couper des fruits, etc.

Les garçons, en prenant des photos d’eux, sont au garde-à-vous, chez certains adultes, les visages deviennent bleutés, probablement, ils ont peur. Quand vous l’observez, cela devient drôle: après tout, ils observent la même chose avec nous lorsque nous nous trouvons dans une situation inconnue.

En passant, les escaliers de leurs maisons sont souvent incroyablement étroits, parfois 50 cm de haut.Je vous demande comment vous vous procurez des objets, des meubles? Il s’avère descendre un câble d’en haut dans la rue et le soulever dans les airs avec un câble! En général, nous avons soulevé à plusieurs reprises le sujet « L’esprit ne peut pas comprendre la Russie ». Il semblerait que l’Inde, aussi, signifie, devrait être similaire, mais non, tout le monde est différent … Même à l’époque où ils ont leur propre « Indien ». Par exemple, quand elle est partie, Dasha est allée fermer la chambre de stockage. Je descends dans 20 minutes: elle jure avec Sevadals. Il dit que la salle de stockage est ouverte, mais qu’il n’y a pas de personne responsable et qu’on lui dit: « Il va probablement venir bientôt, c’est notre heure indienne spéciale ». Bien qu’il ne devrait y avoir aucune pause à cette heure selon l’horaire de la salle des bagages. Très probablement, cela voulait dire soit une pause supplémentaire, soit autre chose, je ne suis pas allé plus loin,

À Puttaparthi, «les affaires», comme disent les habitants, vont mal. Après la mort de Sai Baba, de nombreux étrangers qui ont vécu ici pendant longtemps ou définitivement fait leurs valises et sont partis. Il y a très peu d’étrangers qui viennent pour un moment: l’ashram est à moitié vide, sinon vide (comparé aux années précédentes). Tant de marchands ferment déjà leurs magasins et cherchent d’autres endroits. Ceux qui ont des magasins à Bangalore aussi, beaucoup sont proches, ils disent que c’est cher là-bas. Lorsque, à l’appel du marchand, les gens passent devant son magasin, il se tord les mains et crie que ses affaires sont terminées. D’une part, c’est ridicule, de l’autre – tragique.

Je pense que pour la même raison, ils sont si ennuyeux. Dans l’espoir d’attirer les gens, ils rassemblent immédiatement tous les mots russes qui savent: « Bonjour! », « Comment allez-vous? », « Merci! », « Entrez, regardez! Il suffit de regarder, pas besoin d’acheter !!! « , » Hier, vous avez dit que vous viendriez demain. Entrez!  » Une fois, j’ai même entendu “Bonjour!” Et “Bon après-midi!”. Il est clair qu’un tel harcèlement actif n’aime pas, à mon avis, pas un seul étranger … Quoi qu’il en soit, ces mots russes avec une intonation hagarde sur le sol indien semblent tout simplement obscènes. Je ne l’aimais pas beaucoup. J’ai toujours répondu en un mot: « Sai Ram! ».

Le soir, avant la fermeture des magasins, les rues se transforment en dépotoirs: les déchets des magasins sont jetés directement dans la rue. Toute la nuit, il est allongé dans la rue et craqué par des mendiants, des chiens, des cochons et peut-être des singes se joignent… Et ce n’est que le matin à 7 heures que des personnes «spéciales» le balayent: ratisser dans des paniers, comme ils portent des fruits sur la tête emporter. La poussière est incroyable.

Et les cours des maisons sont souvent jonchées de débris en permanence. Vous ressemblez à ceci depuis une fenêtre d’une pièce, et là, la cour de récréation, probablement destinée au stationnement, est remplie de débris … Mais curieusement, avec tout cela, il n’y avait pas de sensation de saleté, de peur de se salir, je ne suis pas dégoûtant, pas seulement à l’ashram, les rues de la ville sont allées pieds nus.

Voyage en moto pour le Sri Lanka
Voyager en Inde à moto