Que faire au Chili pendant 9 jours ?

Il s’agissait d’une expédition de 9 jours, 209 heures, plus de 3 000 kilomètres parcourus, 2 pays, 9 villes, 4 hôtels, des paysages incroyables, beaucoup d’apprentissage et quelques bosses sur la route. Nous avons affronté la chaleur, le froid, la pluie, le soleil… Cela en valait-il la peine ? Très bien ! Et vous connaîtrez tous les détails dans ce billet et les suivants sur l’expédition au sud du Chili.

Nous avons profité des vacances de janvier et de l’été pour planifier l’expédition. Février est un mois compliqué pour voyager au Chili car c’est la période où tous les Chiliens voyagent et où tout est très fréquenté et plus cher. Notre première idée était la Patagonie. Cependant, après avoir fait le calcul, nous avons réalisé que cette destination devra attendre un peu plus longtemps, la valeur étant supérieure à ce que nous avions prévu de dépenser. Nous avons, donc, décidé de voyager vers le sud en voiture, ce qui a rendu le voyage moins cher.

Ceci est le premier post de notre expédition Chili Sud le Lacs Andins. On va commencer à vous parler de notre itinéraire. L’idée est de montrer, d’abord, notre carnet de voyage et, pour ne pas être trop gros, de détailler le programme que nous avons fait dans chaque ville dans d’autres posts. À la fin, il y aura une carte avec les détails de notre itinéraire.

Nous avons quitté Santiago à 5 heures du matin, un vendredi, en direction de Pucón. Il y a, environ, 800 kilomètres de Santiago à Pucón et notre intention était de faire le voyage en 9 heures. En chemin, nous nous sommes arrêtés pour prendre le petit-déjeuner et faire le plein. La route est bonne, calme, presque une ligne droite. Il convient de mentionner que les routes au Chili sont privatisées et que des péages sont perçus. Nous avons payé plus de 10 péages sur ce tronçon. On laissera les valeurs à la fin du billet.

Découvrez notre itinéraire dans le sud du Chili : les lacs andins.

Jour 1 : Pucón et Villarrica

Nous sommes arrivés à Villarrica, une ville voisine de Pucón et qui possède le volcan du même nom, vers 14 heures. Pour ceux qui l’ignorent, le volcan Villarrica est l’un des plus actifs du Chili et a connu sa dernière éruption en 2015. Arriver dans la ville et faire face à cette vue est vraiment époustouflant.

Nous en avons profité pour faire une petite promenade autour du lac, prendre de nombreuses photos, puis nous avons pris la route pour Pucón. Nous avons visité la ville en hiver également, mais nous avons, toujours, voulu y aller en été pour voir le volcan comme ça. Les rapports peuvent être lus ici.

Nous avons eu beaucoup de chance. Nous avons eu de belles journées, avec du soleil, un ciel d’un bleu incroyable et le volcan Villarrica tout imposant et blanc de neige. Un spectacle de la nature.

Pause pour perrengue

Malheureusement, nous avons perdu plus d’une demi-journée à Pucon à cause d’un accident. On avait réservé une belle auberge bien située. On a fait la réservation par téléphone avec la propriétaire elle-même, avec paiement à l’arrivée. Nous sommes arrivés vers 15h et l’idée était de laisser les sacs et de sortir pour le programme de l’après-midi, mais … la gentille dame avait fait notre réservation pour le 19 et non le 18 comme on l’avait demandé. En d’autres termes, il n’y avait pas de place pour nous. Nous avons passé le reste de la journée à frapper de porte en porte pour trouver un autre endroit. Leçon apprise : ne jamais faire de réservation par téléphone, toujours confirmer par email.

Bref, une fois le problème résolu, nous sommes allés profiter de la ville. Les détails de ce que nous avons fait seront dans un autre billet.

L’intérêt de voyager à Pucon en été est que vous pouvez profiter de la “plage”. En fait, le lac Villarrica, que les Chiliens utilisent comme une plage. La curiosité est que le sable est sombre à cause du volcan.

Notre hébergement à Pucon :

Nous avons fini par loger au Lucky’s Hostal, qui répondait bien à nos besoins, avec petit-déjeuner inclus et proche de tout, à environ 7 minutes à pied du centre. C’était même assez intéressant ; lorsque nous sommes allés prendre notre desayuno, nous avons rencontré un Brésilien qui voyageait seul et qui avait beaucoup lu le blog. Nous étions si heureux ! Mais, dans la hâte, on n’a pas demandé son nom.

Hôtels que nous recommandons à Pucón.

Jours 2, 3, 4 et 5 : Puerto Varas, Frutillar, Puerto Octay.

Le deuxième jour, samedi après-midi, nous avons pris la route pour Puerto Varas. Il y a environ 320 kilomètres d’une ville à l’autre, mais la route était aussi très bonne et très belle et c’était agréable de conduire de cette façon.

Nous sommes arrivés à Puerto Varas et nous avons, également, été surpris par la grandeur et la beauté du volcan Osorno, le plus imposant par rapport aux autres volcans que l’on peut voir depuis la ville, le Pontiagudo et le Calbuco. Pour nous, Brésiliens, qui ne connaissons les volcans qu’à travers les livres de géographie, c’est vraiment surprenant.

Vous ne croirez pas à quel point on était excité quand on est arrivé. On avait beaucoup d’attentes pour connaître Puerto Varas et quand on a vu le volcan Osorno et le lac bleu Llanquihue, on était vraiment excitée. On a presque pleuré.

Après les tracas de l’hôtel de Pucón, nous avons été ravis de l’hôtel à part que nous avons choisi à Puerto Varas. Avec une vue parfaite sur le lac et le volcan, la chambre avait deux immenses fenêtres et on avait du mal à croire à la vue.

Heureux de notre petit coin où nous allions passer 4 jours, nous sommes sortis faire quelques courses, car c’était un apart hôtel avec deux chambres et une cuisine, sans option de petit déjeuner.

Et ce jour-là, le coucher de soleil était un spectacle. Et on n’a cessé de se demander : pourquoi a-t-on mis si longtemps à le connaître ? La région des lacs andins est vraiment enchanteresse.

Le troisième jour, dimanche, nous avons fait des excursions au volcan Osorno, aux chutes de Petrohué et au lac Todos Los Santos. Le quatrième jour, lundi, a été consacré aux villes de Frutillar et Puerto Octay avec une maison de thé à la lavande sur le chemin du retour. Ce jour-là, nous nous sommes rendus à l’aéroport de Puerto Montt pour récupérer Arthur qui a pris l’avion de Santiago à Puerto Montt et s’est joint à l’expédition.

Le cinquième jour du voyage, un mardi, a été la meilleure sortie pour les enfants et la nièce. Nous avons fait du rafting dans le lac de Petrohué. Quel plaisir ! C’était une grande aventure. On donnera des détails dans le prochain billet.

Notre hébergement à Puerto Varas était à l’hôtel indépendant Kintumay. Pour obtenir un devis, allez sur le site internet. 

Hôtels que nous recommandons à Puerto Varas :

Grand hôtel avec une belle présentation, restaurant, bar et espace avec piscine chauffée, bain à remous et spa. Comme il est situé en hauteur, les chambres situées à l’arrière ont une vue privilégiée sur le lac et les volcans Osorno et Calbuco.

Il n’a pas de vue sur le lac, donc il a, généralement, un meilleur tarif. On a parlé à un couple brésilien qui y séjournait et ils étaient très satisfaits du service et du confort.

Jour 6, 7 et 8 : Bariloche et Angostura – Argentine

Le sixième jour, mercredi, nous avons fait nos bagages, tout mis dans la voiture et sommes partis en direction de l’Argentine. Depuis le début de l’expédition, nous étions dans le doute s’il valait mieux visiter Chiloé ou Bariloche, puisque nous ne pourrions pas visiter les deux endroits. Nous avons soumis la question à un vote et les adolescents ont préféré Bariloche. En d’autres termes, on a, déjà, des raisons de retourner dans le sud du Chili. Chiloé a été laissé pour la prochaine fois et on sait, déjà, qu’un aller-retour n’est pas suffisant. On va devoir y aller pour rester.

Il est temps de passer la frontière et de changer de pays, en faisant la traversée de Puerto Varas à Bariloche. Il y aura, également, un autre post expliquant tous les détails de cette traversée et la documentation nécessaire.

De Puerto Varas à Bariloche, il y a environ 300 kilomètres, dont une partie dans le parc national du Puyehue. Le temps que vous passez dépend de la période d’attente pour effectuer les procédures dans les deux frontières. Nous avons pris environ une heure à chaque fois ; c’était une journée tranquille, sans file d’attente.

Après avoir passé les frontières chilienne et argentine, nous avons pris la route de Bariloche. La route est magnifique. D’après ce qu’on a pu voir, il est très compliqué de faire cette traversée en hiver, car il y a la possibilité de fermer la route en raison de la quantité de neige. Une autre raison de faire ce voyage en été.

Parfois, on se sentait comme dans un film pendant le trajet. Nous sommes passés par Villa La Angostura, mais nous ne nous sommes pas arrêtés et nous avons convenu de nous arrêter sur le chemin du retour. Cette ville est, également, célèbre pour ses stations de ski. Elle est située sur les rives du lac Nahuel Huapi et ses hôtels exquis sont pleins en hiver.

De Villa La Angustura à Bariloche, il y a, encore, 80 kilomètres de route à travers le parc national Nahuel Huapi. Pendant le trajet, nous avons, toujours, croisé l’eau bleue du lac.

Nous sommes arrivés à Bariloche et avons, également, eu une agréable surprise avec notre hôtel : face au lac et avec de grandes fenêtres pour profiter de la beauté du lieu. Ça nous a donné envie de rester dans la chambre.

Nous sommes arrivés à Bariloche vers 17 heures. Nous avons pris une douche et sommes sortis dîner. Le programme de notre septième jour, jeudi, était Circuito Chico. Les détails seront dans un autre post. Nous ne sommes restés que 2 jours à Bariloche et nous sommes repartis avec un sentiment de “vouloir plus”. Nous voulons déjà revenir !

Ce fut, également, un parcours un peu cahoteux. Nous étions, déjà, un peu plus fatigués et lorsqu’il était temps de manger, chacun voulait aller dans un restaurant différent. Ce jour-là, nous n’avons pas réussi à trouver un accord et il y a eu beaucoup de stress. Les voyages en famille sont comme ça ! Qui n’a jamais vécu cela ?

Notre hébergement à Bariloche était parfait, Aguila Mora Suites.

Jours 8 et 9 : Valdivia et Niebla et retour à la maison.

Au huitième jour de voyage, un vendredi, il était déjà temps de prendre la route du retour. De Bariloche à Santiago, il y a près de 1 200 kilomètres. Nous avons décidé de ne pas faire toute la route en une seule fois et de faire un arrêt.

La décision a été prise de s’arrêter dans la ville de Valdivia. Il y a, déjà, un article sur Valdivia sur le blog, lisez-le ici. Colonisée par les Allemands, Valdivia est célèbre pour ses bières artisanales. Voici la Kunstamann, l’une des bières artisanales les plus célèbres du Chili.

Valdivia se trouve dans la région des rivières, est baignée par trois d’entre elles : Cale Cale, Cruces et Valdivia. Nous sommes arrivés en fin d’après-midi et n’avons pas eu le temps de faire grand-chose. Notre intention était de nous reposer avant de prendre la route vers Santiago. Notre huitième jour de voyage a consisté à sortir dîner et à dormir. Le dernier jour, avant de partir, nous avons quand même réussi à visiter la ville côtière de Niebla, voisine de Valdivia.

Neuvième jour du voyage, samedi, il est temps de rentrer à la maison. Nous avons quitté Niebla vers 13 heures, à environ 870 kilomètres de Santiago. C’est la plus longue distance que nous ayons parcourue en une journée. Et tout le monde mourait d’envie de rentrer chez soi. Pour nous, on resterait bien à Santa Cruz, dans la vallée de Colchagua, mais on a été vaincu et nous sommes rentrés directement à la maison. Nous sommes rentrés à la maison à 10 heures du soir. Épuisé et heureux ! Ce fut un voyage très agréable, même avec les tracas. Des paysages magnifiques et inoubliables. L’expérience en vaut vraiment la peine. Attendez les prochains posts de l’expédition au Chili Sud.

Notre hébergement à Valdivia.

Hôtel Puerta del Sur, l’hôtel est vieux et a besoin d’une rénovation, mais a répondu à notre demande. Pour obtenir un devis, allez sur le site internet.

Remarque importante :

Meilleure période pour ce voyage : on recommande l’été, entre décembre et mars, pour éviter la pluie et le froid. Évitez simplement le mois de février, car ce sont les vacances d’été chiliennes et beaucoup de gens font cette route. On a, également, entendu des histoires de personnes qui ont voyagé en hiver et qui n’ont pas pu voir le volcan, car le ciel était très nuageux. Imaginez la déception ! Et on le croit, car cela nous est arrivé lors d’un voyage que nous avons fait à Pucón, en août.

Même en été, il est très important d’apporter des vêtements chauds. Nous avons même obtenu 5 degrés lors de la visite du volcan Osorno à Puerto Varas. Les maillots de bain sont, également, indispensables pour ceux qui se rendent dans les sources d’eau chaude ou sur les plages.

Profitez-en pour déguster les fameux kuchen de Frutillar.

Ce qu’on a trouvé le plus curieux : le sud du Chili a été colonisé par des Allemands. À l’époque, chaque famille recevait 150 hectares de terres. Vous pouvez remarquer cette influence dans la cuisine et l’architecture. Puerto Varas possède des écoles et des restaurants allemands. Actuellement, l’activité économique la plus importante dans la région sud du Chili est l’élevage de saumon, suivi par l’industrie laitière.

L’émotion la plus forte qu’on a ressentie : la descente des eaux du lac Petrohué en rafting. Mais on a, aussi, eu la chair de poule en voyant le volcan Osorno à notre arrivée à Puerto Varas.

Les 10 villes qu’il faut absolument visiter en Argentine
Les 15 villes à découvrir au Venezuela