Troisième jour Oz. Zyuratkul – Chrysostome

«Je me sens merveilleusement bien ici… chaud et humide!»
(M. Gorki. «Chant du faucon»

Tôt le matin Nous ouvrons les yeux – bl @@@ … Le temps … Même qu’hier, couvert, humide et, on dirait, pas du tout chaud … COMMENT IL NE VEUT PAS sortir de la voiture!

En fin de matinée

Ma mère et Sanya: nous étions déjà à la maison, réchauffés, nous mettions tout ce que nous pouvions pour nous réchauffer. Sanya et moi avons chaussé nos bottes par-dessus notre grand-mère et mis mes bottes. Sasha avait des chaussettes à rayures duveteuses au lieu de gants sur ses mains …

Trouvé un lac! Euh, par temps ensoleillé ici, sûrement, tout simplement super! Et maintenant tout est si sombre, inhospitalier, mais quand même, une sorte de global – la vue est magnifique. Les montagnes derrière le brouillard sont presque invisibles. Et nous avons besoin! Ma mère et moi planifions une randonnée vers un paleovolcan, où 70 minéraux différents devraient être recherchés – et le voici! Et où se trouve ce volcan? Pour le dire gentiment, ce n’est pas clair.

Nous avons communiqué avec la population locale – tout le monde s’est promené autour du lac, gelant, attendant le temps. Ils disent différentes choses sur le temps … Ils mentent, très probablement …

Nous avons pris le petit déjeuner avec un paquet de pâtes chinoises sèches. Sasha est heureuse, le foulard de sa grand-mère est enveloppé dans quatre couches, elle tape des mains sur ses chaussettes))) Une fille magnifique))) En prévision de l’expression des visages des membres d’équipage éveillés, je ne veux pas retourner au camp.

Nous marchons plus loin. En longeant le barrage le long du lac, puis en descendant le long du chemin de terre, nous sommes tombés sur le panneau « Sentier écologique ». Il y a plusieurs stands aux portes avec des avertissements concernant les ours trouvés ici … Pour faire peur aux ours, il est préférable de parler fort, de chanter ou de cogner des pierres … Bon, faire du bruit, c’est facile! Derrière les portes, le chemin tracé par les planches va quelque part dans la forêt. Bien sur, partez!

imag im

Nous marchons le long des planches, prenons des photos, collectons des “non comestibles, mais prenons quand même et donnons des champignons à papa”, cherchons des baies, mais il n’y a pas de baies, vous ne pouvez pas vous éloigner de la piste – autour de l’humidité et du marais… Enfin, Sanya commence à “avoir mal”, fatiguée, sur la poignée « – dos. À la sortie, nous trouvons des pierres bleues, bien sûr, de vrais amoureux de la minéralogie, nous en fourrons nos poches, celles qui ne sont plus nettoyées dans nos poches – nous commençons à nous briser en morceaux, à regarder ce qui est à l’intérieur … Des pierres étranges, nous décidons que , très probablement, des scories, mais nous ne les jetons toujours pas dans nos poches)

Dans le même temps: Lech est endormi, Anton est assis dans la voiture, le deuxième équipage de la voiture ne semble pas non plus avoir le nez, comme le fait de lire …

« Eh bien, tout va bien, eh bien, ils sont venus se promener, eh bien, il y a un lac, des montagnes, cool, eh bien … »

Enfin dans le camp en remuant.

Galya et Lenka sont aujourd’hui la partie la plus vigoureuse de la deuxième équipe, ils sortent, ils vont aussi explorer les environs, Galya BORES !!! dans le lac glacé.

Toch, Tonka, Vanka se traînent dehors, nous avons mis des sacs en plastique dans leurs chaussures afin de les sauver au moins des flaques d’eau – et nous avons laissé tous les enfants aller dans la boue. Les enfants sont heureux, remercions Dieu pour eux, il fait toujours beau par tous les temps …

Pendant ce temps, le camp est agité … Sveta et Ilyukha ne sont pas dans un tel climat et envisagent sérieusement de se retirer. Ils disent qu’il est nécessaire de jeter sur Akhtuba, il fait chaud. Mais nous avons examiné la météo avant de partir, et nous savons que la météo n’est pas meilleure là-bas – eh bien, peut-être, il fait plus chaud, mais aussi couvert et pluvieux. Les avis étaient partagés, je ne veux pas partir, mais apparemment, c’est nécessaire. Jusqu’ici, nous avons décidé de ne pas finalement, mais nous divisons toujours les produits en 2 voitures.

Clever – Sveta commence à préparer le dîner, mais notre mère et notre âme se séparent au loin et, tandis que l’eau est en ébullition, nous laissons Sanka à la triste Lech et fuyons à nouveau …

Nous continuons à fouiller dans le quartier, nous trouvons un lieu de vente de souvenirs, nous achetons quelques oiseaux de pierre pour la collection de ma mère. Satisfaits, nous atteignons l’entrée de « l’Ecopark ». C’est un zoo, quelque chose d’intéressant. J’ai aussi lu qu’il y avait un chenil de chiens de traîneau sur son territoire. (J’espère secrètement que le cœur de Lekhino à la vue des jolis chiots moelleux du husky sibérien faiblira et que nous reviendrons à la maison avec le chien. Découvrez le prix de l’admission (je ne me souviens pas exactement, environ 70 roubles pour adultes et enfants .. tous

Nous retournons au camp, nous aidons Svetka avec le déjeuner. Nous déjeunons. Lave ma vaisselle sur la plage dans des bateaux remplis d’eau. « Ilyukh, il te reste un bateau propre – rince le pot? »

Sur un estomac plein plus facile à négocier. Le verdict général est le suivant: nous louons un appartement à Zlatoust. Demain, nous partons pour tout surveiller. Nous avons froid et humide, le soir, nous avons chaud, nous buvons. Si le temps s’améliore, nous nous déplaçons à la campagne. Sinon, la famille de Zedrinsky à Akhtouba et nous sommes ici pour faire face aux circonstances. Nous recueillons des choses.

Et le temps se promène! Déjà, même la montagne peut être vue …

Nous persuadons les autres avant de partir de montrer aux enfants le «Royaume de Glorious Saltan» – une ville de conte de fées en bois située sur le rivage. La prochaine se moque d’un poinçon dans un âne que nous souffrons – nous sommes habitués! – Nous sommes à nouveau TRÈS nécessaires … Hourra, persuadée, nous partons.

Dans une ville en bois, c’est très fabuleux, et il s’est avéré que vous pouvez même vivre dans ce conte de fées. Les maisons, cependant, sont complètement dépourvues de commodités, juste des murs et des chaises longues, mais ensuite – juste dans le conte de fées. Tout ce que nous avons arrêté est que si vous vivez ici et faites un tour tous les jours en voiture, vous devez payer tous les jours pour entrer dans la réserve. Oui, et revenez, je dois dire, chaque jour n’est pas proche.
À Zlatoust, ils se sont installés dans un appartement de deux pièces, bien que la présence de certains des enfants et des chiens n’ait pas fait de publicité.

Troisième jour : Radauti-Bran (De Bucovine à la Transylvanie)
Deuxième jour : Kiev-Radauti (Roumanie)